• Centrale perte.

    La mairie de Paris vient d’annoncer officiellement, après une quarantaine de réunions de concertation (ça en valait la peine !), que le projet initialement retenu pour l’aménagement du « futur-ex-néo » jardin des Halles ne subirait plus guère de modifications avant le lancement des travaux prévu en 2010.

    Le projet de l’équipe SEURA/MANJardin des Halles.GIN/RAGUIN (toujours aussi simple de savoir qui fait quoi dans cette histoire depuis le début) devrait donc bien prendre la forme qu’on lui connaît maintenant depuis plus d’un an sur plans et maquettes (ci-contre et ci-dessous). Seules une ou deux modifications très légères ont été apportées, comme un tracé supplémentaire nord-sud non prévu à l’origine, entre la place Saint-Eustache et la rue Berger. Le cardo-decumanus romain n’est jamais très loin quand on parle aménagement urbain/paysager, même aujourd’hui.

    Les quelques quatre hectares concernés en plein cœur de Paris, entre la Bourse de Commerce et le futur Carreau des Halles (sur lequel jJardin des Halles.’aurai l’occasion de revenir), désormais appelé « Canopée », se subdiviseront en trois grands ensembles : d’abord l’espace dit « la prairie », puis « le cours », enfin le « mail ».

    Ce dernier, côté rue Berger, sera le seul massivement boisé (on annonce cinq alignements de tilleuls et de marronniers), et encadrera avec la « prairie », située côté Saint-Eustache, qui sera une vaste pelouse parsemée d’arbres, d’arbustes et de quelques plans d’eau, le chemin de traverse, surnommé le « cours », qui permettra la liaison entre le forum et la bourse de commerce. Ce qui représente finalement la véritable (la seule ?) innovation du projet par rapport à la situation actuelle et permettra de clarifier incontestablement la perception globale de l’espace, en créant notamment de nouvelles perspectives.

    Comme prévu, et comme redouté par les riverains, le jardin Lalanne qui faisait la joie des enfants sera la principale victime collatérale de ce réamJardin des Halles.énagement. Même si de nouvelles aires de jeux sont annoncées, et s’étendront sur de plus amples espaces (près de 4 000 m²). Devrait même voir le jour un espace réservé aux adolescents en sous-sol (sous la « prairie »), sur près de 300 m². Ces deux seules opérations devraient coûter près de deux millions d’€ (pour un total de 35 millions d’€ pour l’ensemble du jardin), c’est donc bien la preuve que les jeunes et les enfants n’ont pas été oubliés et négligés.

    Le nouveau jardin sera, en tout cas, insiste t-on à la mairie, « ouvert sur la ville […] et constituera un espace de respiration et de liberté ». Personne n’en doute. Et pourtant, un certain malaise surgit indéniablement à la lecture duCanopée. dossier de presse que nous a concocté la mairie de Paris. En effet, si l’on met déjà de côté la « Canopée » qui ne fait grosso modo que substituer aux multiples « parapluies » existants un seul plus écrasé et qui englobe la totalité du « forum » (pour ne pas fâcher nombre de riverains, les tours et autres hautes bâtisses avaient été vite écartées), qu’est-ce qui change vraiment en surface ? Finalement peu de choses ! Nous avions un jardin, certes peu lisible, morcelé, et comportant  tout un tas d’autres défauts, c’est une évidence, mais que nous propose t-on à la place ? Un autre jardin, un peu plus clair car mieux tracé, et c’est à peu près tout ! C’est donc cela le grand projet de ré-aménagement public des Halles de l’ère Delanoë ? Un mini, que dis-je un micro « Central Park » (le vrai est tout de même 80 fois plus étendu avec 340 ha). Une fois eEscalators porte Lescot.ncore, nous jugerons sur pièce, et il fera sans doute bon se balader ici ou se poser là (en terrasses, sur la pelouse, etc.). Mais le centre de la capitale française ne méritait-il pas autre chose, un projet plus ambitieux, d’autant qu’il a quand même été longtemps pensé et réfléchi (on parle réaménagement ici depuis des décennies, et avec insistance depuis 2001). Et si on voulait plus d’espaces verts ou boisés, plus grands, bien faits, etc., il aurait mieux valu en créer de nouveaux, sur des sites parisiens en devenir, et pas refaire du neuf avec du vieux !

    Alors, c’est vrai qu’avec le(s) nouveau(x) projet(s), on ouvrira sans doute davantage le sous-sol à la lumière du jour. C’est vrai que grâce à lui/à eux, on repensera l’horrible, et bien inutile pour le piéton, place Marguerite de Navarre puisque l’on évoque ici un accès métro et une couverture des voies rapides. C’est vrai qu’avec lui/eux, on rendra peut-être également moins glauque les escalators d’accès principaux au centre (côté Lescot), où l’impression de descente en enfer est certaine (photos ci-dessus). Et c’est vrai qu’avec ce/ces dernier(s), le poumon vert central de PJardin des Halles.aris subira un petit lifting, bien nécessaire au vu de l’état présent. Mais, le cœur de Paris qui se veut une grande métropole internationale dynamique, ne pourra pas se contenter de cela, parce qu’il fallait ménager les quelques riverains inquiets. Et même si l’on réussit, fort heureusement du reste, à trouver quelques atouts aux projets envisagés, on est loin désormais du centre dynamique, à la base du renouveau parisien, que l’on souhaitait établir ici.

    Alors certes, depuis la chute des pavillons Baltard, le trou qui leur avait succédé a bien été comblé, mais le vide, lui, semble bien se perpétuer.

    Eric BAIL pour èV_

    Note de nouvelle version (dimanche 13/VI/2010) :

    Evidemment, l’article date d’il y a deux ans, et la situation a bien évolué. Tout s’est même accéléré depuis la mi-mai 2010. En effet, subitement, les maîtres d’œuvre se sont aperçus, après des années d’études et de scénarii, que les protubérances multiples qui donnent son aspect morcelé et vallonné au jardin actuel et que l’on souhaitait justement faire disparaître avec le nouveau projet ne pourraient sans doute JAMAIS être gommées (présence de locaux techniques, et de divers réseaux indispensables). Alors qu’à la base, on avait parlé d’un simple avenant de 300 000 à 350 000 € pour faire disparaître tout cela. Bilan de l’opération : les travaux ont bien commencé, mais on ne sait déjà plus très bien où l’on va… Quand je vous disais, dès 2008, en conclusion du présent papier, que le trou hantait toujours les esprits, je n’imaginais tout de même pas qu’il pourrait si vite faire, physiquement cette fois, sa réapparition. A tous ceux qui « regrettaient » (comme moi) de n’avoir pu être présents dans les années 1970 pour voir (et mitrailler) ce fameux « trou », je leur dis « ne désespérez pas chers amis, et préparez vos numériques »… Paris nous surprendra toujours.

    -----

    Vidéo Cap24 de présentation du projet (conf, interviews, etc.) :

     

    -----

    Sources : « Aux Halles, le plus grand jardin possible » (paris.fr) ; dossier de presse « Les Halles, actualité du projet » (paris.fr).

    Crédits photos : paris.fr et photographie personnelle de l'escalator de la porte Lescot le vendredi 28/XI/2008.


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 9 Décembre 2010 à 09:37

    Nous sommes en décembre 2010, cela fait 8 ans que ce projet est à l'étude, et la Ville vient de dépenser encore un paquet de fric pour organiser une expo avec une immense maquette de la future Canopée qui démontre une seule chose, à savoir qu'il est grotesque de boucher le puits de lumière du Forum par une structure colossale faite de beaucoup de métal et d'un peu de verre, qui obligera à recourir à l'éclairage électrique jour et nuit dans le cratère aujourd'hui inondé de la lumière du jour. Et tout ça sans que personne soit encore parvenu à expliquer à quoi servira ce toit monstrueux qui arrête le soleil mais pas la pluie, et qui recouvre un immense espace où il sera impossible d'organiser quoi que ce soit compte tenu de l'obligation de laisser le passage libre pour l'évacuation de la gare en cas de sinistre. En gros c'est un hall de gare sans train ni gare, qui prend l'eau et sous lequel soufflera un courant d'air à décorner les vaches. Et c'est pour construire ça qu'on rase la moitié du jardin des Halles afin d'y installer des cabanes de chantier... Allez sur http://www.architecturhalles.com, et vous comprendrez que ce projet ruineux est une aberration architecturale.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :